vendredi 21 avril 2017

Les années Solex

Les années Solex,
Emmanuelle de Boysson,
Ed. d'Ormesson, 2017


Mot de l'éditeur :
Alsace, 1969. Juliette passe les vacances de la Toussaint chez ses grands-parents, avec Camille, sa cousine délurée, qui lui présente Patrice, dont elle tombe follement amoureuse. Les vacances riment avec insouciance et innocence, s'y mêlent les goûts et les senteurs des derniers moments de l'enfance, notes sucrées qu'on voudrait ne jamais oublier.
Pourtant les revendications sociales issues de mai 68 grondent encore. Les parents de Juliette tentent de la préserver du climat d'insurrection qui s'empare de Mulhouse. Elle en profite malgré tout pour s'évader du cocon avec sa cousine, tandis que son petit ami s'engage politiquement et sombre dans la drogue et l'autodestruction. Si Juliette flirte avec la provocation et ose défier son milieu, elle finira par suivre, en jeune fille de bonne famille, la voie qu'on lui a tracée et ne transgressera pas les limites, à l'inverse de Patrice...
Le souvenir d'un parfum de Schiaparelli, le velours orange d'un pantalon pat d'eph, autant d'évocations des années 70 que Les Années Solex nous invite à partager. Hymne à la fureur de vivre adolescente et aux premières amours, ce roman plonge dans l'âge de toutes les transgressions et de tous les possibles. Délicieusement nostalgique. 




Dealer : SP Héloïse d'Ormesson


Ma lecture :

Le titre et la couverture m'ont attirée, charmée même par leurs effluves d'insouciance, de liberté, du "tout est possible" des années 70. Pantalons pattes d'eph', orange, Solex, Rock my soul : le décor est planté, nous sommes effectivement au cœur des années 70 ! Au cœur des années 70 où Juliette fait corps avec son adolescence et expérimente ses premiers émois, ses premières découvertes, ... Flanquée de sa cousine dévergondée, elle explore les limites de ses brides bourgeoises et flirte avec la vie. La France et elle-même vivent un tournant social et culturel : la France vibre seventies après le tumulte de Mai-68et Juliette l'adolescente vibre d'émotions tout à fait diverses. Elle est amoureuse, boudeuse, hippie, révolutionnaire, elle bouillonne, la p'tite ! Sur son Solex orange, elle file dans les rues de Mulhouse, éprise de liberté. Les codes de la bourgeoisie ? Elle s'en moque et veut découvrir la vraie vie, la vie qui fait vibrer, la vie qui fait vivre !
Ce roman m'a indéniablement fait penser à l'un de mes films cultes : La Boum. Juliette et Vic affrontent leur adolescence, subissent leurs émois et écrivent leur histoire. Ces années, à mi-chemin entre l'enfance couvée et l'âge adulte, ce bel inconnu, où tout est possible, tout est réalisable. Un parcours initiatique semé d'embûches mais dont la petite fille ressort femme.
Emmanuelle de Boysson nous fait revivre nos années adolescentes, qu'elles se soient passées dans les 70, 80 ou 90 où cœurs et corps vibraient, mus par un vent, une tempête que dis-je, de liberté, d'émois et de découvertes.
J'ai bien aimé ce roman assez court (216 pages), les personnages sont bien campés, les descriptions justes aident l'imagination à dessiner les scènes, l'auteur se permet quelques envolée lyriques maîtrisées et fidèles à l'adolescence.
Bref, un roman réussi, d'un parfum frais et enivrant !



Avis des lecteurs:

  1. ça pourrait m'intéresser fortement! Merci pour cette découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'était une lecture agréable !
      Et se remémorer La Boum est toujours agréable ! ;)

      Supprimer
  2. Merci de ton partage, j'ai hâte de le lire. A bientôt!Katia

    RépondreSupprimer

Précédentes Accueil