mercredi 28 octobre 2020

La machine infernale

La machine infernale,

Jean Cocteau,
Ed. Grasset & Fasquelle, 1934


Mot de l'éditeur :

Obéissant à l’oracle, Œdipe résout l’énigme du Sphinx, tue son père et épouse sa mère. La peste s’abat sur Thèbes qui a couronné un inceste et un parricide. Quand un berger dévoile la vérité, la machine infernale des dieux explose. Œdipe se crève les yeux et sa mère se pend.
S’inspirant du théâtre de Sophocle, Cocteau redonne vie aux grandes figures grecques : Œdipe, Jocaste, Antigone et Créon. Il philosophe en virtuose. Non, l’homme n’est pas libre. Il naît aveugle et les dieux règlent sa destinée. Même le héros, celui qui sort du rang, doit se soumettre. Ce grand texte dit tout sur l’homme avec infiniment d’humour et de poésie.

 

Ma lecture :

Œdipe Roi de Sophocle était au programme de mon bac en 2002. Pour une œuvre étudiée en classe, je ne l'avais pas trouvée imbuvable (quoi, c'est vrai, on n'apprécie jamais à leur juste valeur les œuvres étudiées en classe), et le mythe d'Œdipe est fascinant. 

mardi 27 octobre 2020

L'écho des promesses


L'écho des promesses,

Melanie Levensohn
Ed. Fleuve, 2020


Mot de l'éditeur :

Paris 1940 : Dans la Ville lumière, sous l’occupation allemande, Christian, le fils d’un banquier est amoureux de Judith, une jeune étudiante juive. Le jeune couple envisage de fuir, mais soudain Judith disparaît sans laisser aucune trace...
Montréal, 1982 : peu avant sa mort, Lica Grunberg confesse à sa fille, Jacobina, qu’elle a une demi-sœur issue d’une relation précédente. Dans les tumultes de la guerre, Lica a cependant perdu tout contact avec sa fille aînée, un abandon qu’il a regretté toute sa vie. Sa dernière volonté : que Jacobina retrouve sa demi-sœur et récrée ce lien que son père a brisé à jamais.
Washington DC, 2006 : Béatrice, la quarantaine, en poste à la banque mondiale, cherche de plus en plus un sens à sa vie. Quand elle rencontre une vieille dame, grâce à une association qui vient en aide aux personnes démunies, elle n’imagine pas combien sa vie va changer. Car elle va être confrontée à une demande particulière : aider à tenir une promesse…

 

Dealer : NetGalley 


Ma lecture :

Cela commençait à faire longtemps que j'avais pas lu un roman autour de la Seconde Guerre Mondiale ! Il était temps d'y remédier.
Avec L'écho des promesses, Melanie Levensohn explore la magie des romans à tiroirs...

samedi 24 octobre 2020

Le manoir

Le manoir,

T1 : Liam et la Carte d'éternité,
Evelyne Brisou-Pellen,
Ed. Bayard Jeunesse, 2013


Mot de l'éditeur :

Après une longue maladie, Liam est envoyé en convalescence au manoir. Mais tout dans cette vieille demeure l'inquiète, à commencer par les autres pensionnaires, plus étranges les uns que les autres. Il ne voit qu'une chose à faire : s'enfuir. C'est alors qu'arrive Cléa, une jeune fille de son âge, qui semble avoir de graves problèmes. En cherchant à lui venir en aide, Liam va découvrir la vraie nature du manoir. Et celui-ci recèle des mystères dont il n'a pas la moindre idée...


Dealer : Bibliothèque de Sibiril


Ma lecture :

Cette série, Le Manoir, orne depuis quelques années les étagères jeunesse de la bibliothèque où je suis bénévole. Elle me faisait de l’œil, mais, argh, c'est pour les ados, quand même. Fichtre, je me suis lancée !

vendredi 23 octobre 2020

Atlas de la France mystérieuse

Atlas de la France mystérieuse,

40 histoires vraies qui font vaciller la raison,
Fabrice Colin,
Ed. Autrement, 2015


Mot de l'éditeur :

Il est minuit et demie en ce 20 mai 1981 à Palavas-les-Flots. Quatre jeunes gens âgés de 17 à 25 ans « voient » disparaître l’auto-stoppeuse assise sur la banquette arrière de leur R5. Ce n’est ni une rumeur, ni l’avatar d’une légende.
Personne n’a pu mettre en évidence la moindre supercherie – ni les enquêteurs du service de police en charge de l’affaire, ni les psychologues qui ont interrogé les protagonistes. Les mystères, apparitions et autres événements surnaturels
survenus en France aux XXe et XXIe siècles consignés dans le présent ouvrage ont fait l’objet d’enquêtes minutieuses : croisement des sources, contact direct avec certains témoins, reconstitution des faits.
Tous demeurent inexpliqués à ce jour.


Dealer : d'occasion


Ma lecture :

Ah, ces vieilles légendes racontées au coin du feu, entourés d'ombres dansantes sur les murs...
Quand je voyage en combi, je suis toujours à la recherche de mystères, d'endroits un peu hantés, un peu étranges. Les vieilles pierres cachent, selon moi, toujours des secrets. Toujours.
Alors cet Atlas de la France mystérieuse me fascinait déjà, rien qu'à la couverture...

jeudi 22 octobre 2020

O Verlaine !

O Verlaine,

Jean Teulé,
Ed. Julliard, 2004


Mot de l'éditeur :

Alcoolique, amant frénétique et désordonné, bigame maltraité, Paul Verlaine oscilla jusqu'au tombeau entre l'ignoble et le sublime. C'est à la toute fin de sa vie, au moment de la pire déchéance morale et matérielle, qu'une soudaine vague de sympathie naquit en sa faveur parmi la jeunesse du Quartier latin. En quelques semaines, il devint leur idole.
Fol amoureux de ce personnage magnifique et terrifiant, Jean Teulé a choisi de raconter cette période extravagante à travers le regard d'un adolescent de Béziers qui monta à pied à Paris dans le seul but de rencontrer Verlaine...



Dealer : dans mes étagères depuis des lustres


Ma lecture :

J'ai réussi à caser ce roman de Jean Teulé dans mon #pumpkinautumnchallenge, dans une catégorie invitant à lire de la poésie, ou autour de la poésie.

Jean Teulé, donc, fait du poète Paul Verlaine (1844-1896) le personnage de son roman éponyme O Verlaine ! Nous connaissons tous certains de ses vers qui blessent nos cœurs d'une langueur monotone, mais, pour ma part en tout cas, je ne savais pas grand chose de sa vie, à part  ses frasques avec Rimbaud.
Notre rencontre avec le poète se fait via un adolescent, monté de Béziers jusqu'à Paris afin de rencontré Paul Verlaine. Son oncle lui a offert un recueil de ses poèmes, et depuis, le petit paysan s'est pris de passion pour le poète. Avec lui, nous découvrons Paris et ses faubourgs à la recherche du maître. Nous pataugeons dans la misère de la capitale, dans la crasse, errons autour des hôtels de passes pour, enfin, entrer dans la chambre miteuse de Verlaine. O Verlaine, il n'est pas beau à voir, allongé dans son lit, puant l'alcool, rongé par des maux douteux et tenant des propos, déjà , incohérents. En fait, il s'en doute fort bien, il vit ses derniers jours, sa dernière saison, l'Automne.

La gouaille de Jean Teulé se prête bien à l'ambiance du roman, une ambiance de crasse et de décrépitude, un peu comme dans les romans anglais à la Dickens. Entre deux chapitres, l'auteur intercale parfois un poème de Verlaine. Ils arrivent comme des étoiles, des petites lanternes dans un univers noir, glaçant. Lui qui écrivait si bien l'amour perdu et la nostalgie vivait dans une souffrance, une misère absolues. Il virevolte, ou vivote, entre ses deux maîtresses et ses amis avec qui il fait le tour des bistrots à la recherche d'absinthe. Le peu d'argent qu'il reçoit de ses vers fond dans ses verres. On ne lui épargne rien, même s'il a sa bande d'étudiants admirateurs, il vit sans le sou, plus ignoré que lu, et même l'Etat lui refuse une bourse de secours.

O Verlaine ne restera pas mon roman préféré de Jean Teulé, je m'étais vraiment amusée dans la folie de Charly 9. Peut-être souffre-t-il de longueurs qui éteignent les belles pages noires et folles du poète ? J'ai malgré tout aimé ce Paris sombre des artistes maudits qui nourrira les derniers jours de Paul Verlaine.


lundi 19 octobre 2020

Sorcières associées

Sorcières associées,

Alex Evans,
Ed. ActuSF, 2019

Mot de l'éditeur :

Dans la cité millénaire de Jarta, la magie refait surface à tous les coins de rue. Les maisons closes sont tenues par des succubes, les cimetières grouillent de goules...
Pour Tanit et Padmé, sorcières associées, le travail ne manque pas.
Mais voilà qu'un vampire sollicite leur aide après avoir été envoûté par un inconnu, tandis que d'étranges incidents surviennent dans une usine dont les ouvriers sont des zombies... Tanit et Padmé pensaient mener des enquêtes de routine, mais leurs découvertes vont les entraîner bien au-delà de ce qu'elles imaginaient.
En effet, à Jarta, les créatures de l'ombre ne sont pas les plus dangereuses...
Un roman à deux voix porté par des héroïnes bien campées, une enquête trépidante dans une cité métissée...
Avec Sorcières associées, Alex Evans renouvelle brillamment l'imaginaire steampunk.

 
Dealer : Swap d'Halloween


Ma lecture :

J'ai reçu ce roman, Sorcières Associées dans le cadre d'un Swap d'Halloween. Le thème sorcière l'incluait également facilement dans le #pumpkinautumnchallenge et me permettait de sortir de ma zone de confort...J'étais donc contente de relever ce défi lecture.

jeudi 15 octobre 2020

Et nous danserons sous les flocons

Et nous danserons sous les flocons clarisse sabard charlston comédie romantique romance Noël montagnes alpes Vallenot avis chronique critique blog littéraire bibliza
Et nous danserons sous les flocons,

Clarisse Sabard,
Ed. Charleston, 2020


Mot de l'éditeur :

Après des années d'absence, Valentine est de retour à Vallenot, le village de son enfance qu'elle a quitté très jeune pour se marier. Un mariage pour lequel elle a sacrifié ses propres aspirations, obnubilée par l'idée de construire une « vraie » famille, loin du schéma qu'elle a connu, de sa mère et sa grand-mère qui ont élevé leurs enfants seules. Mais c'est célibataire que Valentine revient aujourd'hui, uniquement accompagnée de son fils adolescent, car son ex-mari a préféré continuer sa route avec une autre...

En cette période de fêtes, elle va croiser le chemin d'un Anglais récemment installé au village, de Rémi, co-gérant du restaurant du coin...et d'une vieille photo représentant un beau jeune homme marocain, qui aurait vécu à Vallenot à la fin des années 1950, avant de disparaître du jour au lendemain...

 


Dealer : SP Charleston, merci !


Ma lecture :

Et nous danserons sous les flocons, le dernier roman de Clarisse Sabard, sorti tout droit des Alpes, avait évidemment sa place dans ce #pumpkinautumnchallenge. Il se case délicieusement et malicieusement dans la catégorie, si bien nommée, "Siroter un chocolat chaud sous les saules". Quoi de plus inspirant ? Ou comment joindre l'agréable à l'agréable !

dimanche 11 octobre 2020

Orphelins 88

Orphelins 88,

Sarah Cohen-Scali,
Ed. Robert Laffont, 2018
Ed. France Loisirs, 2020


Mot de l'éditeur :

Munich, juillet 1945.
Un garçon erre parmi les décombres...Qui est-il ? Quel âge a-t-il ? D'où vient-il ? Il n'en sait rien. Il a oublié jusqu'à son nom. Les Alliés le baptisent " Josh " et l'envoient dans un orphelinat où Ida, directrice dévouée, et Wally, jeune soldat noir américain en butte au racisme de ses supérieurs, vont l'aider à lever le voile de son amnésie.
Dans une Europe libérée mais toujours à feu et à sang, Josh et les nombreux autres orphelins de la guerre devront panser leurs blessures tout en empruntant le douloureux chemin des migrants.
Si ces adolescents sont des survivants, ils sont avant tout vivants, animés d'un espoir farouche et d'une intense rage de vivre.
Un roman saisissant qui éclaire un pan méconnu de l'après- Seconde Guerre mondiale et les drames liés au programme eugéniste des nazis, le Lebensborn.


Dealer : Partenariat France Loisirs


Ma lecture :

Depuis sa sortie il y a deux ans, je savais que je lirai ce roman, encore toute retournée par ma lecture de Max. Avez-vous lu Max ? Sarah Cohen-Scali retrace l'histoire d'un bébé, Max donc, conçu et élevé dans un Lebensborn et voué à repeupler l'Allemagne de sang pur.

jeudi 8 octobre 2020

Sacrées sorcières

Sacrées Sorcières,

Pénélope Bagieu,
Ed. Gallimard, 2020


Mot de l'éditeur :

Les enfants sont répugnants ! Ils puent ! Ils empestent ! Ils sentent le caca de chien ! Rien que d'y penser, j'ai envie de vomir ! Il faut les écrabouiller ! Les pulvériser ! Écoutez le plan que j'ai élaboré pour nettoyer l'Angleterre de toute cette vermine...Attention ! Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n'importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La Grandissime Sorcière compte bien les faire tous disparaître. Seuls un jeune garçon et son extravagante grand-mère semblent capables de l'en empêcher...


Dealer : Livres-in-room, Saint-Pol-de-Léon


Ma lecture :

Cette BD de Pénélope Bagieu me fait de l’œil depuis sa sortie il y a quelques mois. Le hasard fait que j'ai relu le roman, Sacrées Sorcières, de Roald Dahl il y a deux ans et vu l'adaptation ciné des années 90 la semaine dernière.
Le roman, quel bonbon ! Je l'avais chroniqué sur mon blog.
Le film ? Brrr, pas terrible, terrible. Attendons la nouvelle version qui arrive très très bientôt !

lundi 5 octobre 2020

Le songe d'une nuit d'octobre

le songe d'une nuit d'octobre zelazny halloween steampunk avis chronique critique blog

Le songe d'une nuit d'octobre,

Roger Zelazny,
Ed. J'ai lu, 1995
(A Night in the Lonesome October, 1993)


Mot de l'éditeur :

Quand le steampunk rencontre le mythe de Cthulhu.
Octobre. Dans 31 jours, le portail s'ouvrira et les Grands Anciens déferleront sur le monde.
Dracula, Sherlock Holmes, Raspoutine, le docteur Frankenstein… Ils seront tous là. Mais feront-ils partie des ouvreurs avides de pouvoir, ou seront-ils des fermeurs qui s'opposeront aux horreurs indicibles ?
Les familiers de ces personnages seront eux aussi impliqués dans cette murder party ésotérique riche en rebondissements. Tout particulièrement Snuff, un chien dont le maître, Jack, aime se promener la nuit dans Londres avec son grand couteau...
Le Jeu va commencer.
Quel sera votre camp ?
Roger Zelazny est l'auteur de la saga des Neuf Princes d'Ambre. Avec Le Songe d'une nuit d'octobre, il rend hommage avec humour à l'univers de H.P. Lovecraft. 

 

Ma lecture :

Petite virée vers les mythes d'Halloween, toujours dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge. J'ai pris un grand virage pour me situer loin de ma zone de confort. Le challenge sert à cela aussi !

Précédentes Accueil