lundi 13 octobre 2008

On s'y fera



On s'y fera,
Zoyâ Pirzâd,
Ed. Zulma, 2007







Mot de l'éditeur :
Quand on découvre que Zardjou, l’homme qui remet en question la vie d’Arezou, est marchand de serrures, on peut y voir l’ironie d’un signe plus subtil qu’il n’y paraît. Les apparences sont trompeuses ; on entre avec plus de vigilance et de curiosité dans une belle histoire d’amour.
À travers le destin d’une femme active, divorcée, partagée entre sa mère et sa fille, trois générations s’affrontent dans un monde où règnent depuis longtemps les interdits et le non-dit. On suit Arezou, au bord du rire ou des larmes, sous la neige, espérant avec elle profiter enfin d’une certaine beauté de la vie.
Dans un roman d’une richesse et d’une vigueur exceptionnelles, Zoyâ Pirzâd brosse à la fois le portrait d’une société pleine de contradictions et celui d’une femme passionnante, aussi drôle et attachante qu’une héroïne de Jane Austen.







J'ai reçu ce roman, comme il m'arrive parfois, des éditions Le livre de poche pour le lire et le critiquer.
C'est chose faite !
C'est la première fois que je lisais un roman iranien, et j'ai trouvé ça intéressant. Sans parler de l'histoire, on apprend beaucoup de petites choses. C'est un pays en expansion : ce sont les débuts d'internet, les femmes travaillent et sont indépendantes mais malgré tout, dans le bus par exemple, il y a une section homme et une section femme. C'est un pays à mi-chemin entre tradition et modernisme.
Et le roman joue sur ça en mettant en scène un trio féminin : Mah-Monir la grand-mère, Arezou la mère et Ayeh la fille et petite-fille. Arezou, femme divorcée vivant avec sa fille tient une agence immobilière. Elle mène une vie indépendante et se comporte comme une femme européenne : elle ne s'occuppe pas des traditions, tout en devant parfois les subir, malgré tout. Sa mère, Mah-Monir, quant à elle, respecte les traditions et continue de veiller sur sa fille en s'immissant dans sa vie privée. Conservatrice, donc, elle se fait la complice de sa petite-fille Ayeh pour faire tourner Arezou en bourrique. Mais la jeune fille n'arrive plus à se confier à sa mère et se livre sur un blog, ce qui frustre cette dernière. Mais tout ce petit monde s'entend bien, veille sur l'un et l'autre, temporise les accrocs, subit et essaie de comprendre les conflits génétationnels,... Jusqu'au jour où Arezou se prend à vouloir refaire sa vie et à parler mariage... Son divorce a déjà été difficilement supporté par sa mère, alors un remariage.. !
On suit avec régal les tribulations d'Arezou, d'Ayeh et de Ma-Monir, on apprécie le regard de trois générations sur un monde qui évolue. Et tous ces changements, finalement, on s'y fera !




Avis des lecteurs:

Suivantes Précédentes Accueil