mardi 23 janvier 2018

Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux







Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux Martha Hall Kelly Charleston destin de femmes Ravensbruck Pologne Lapins seconde guerre mondiale

Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux,

Martha Hall Kelly,
Ed. Charleston, 2018

Mot de l'éditeur :

À New York, Caroline Ferriday travaille au consulat français. Mais lorsque les armées hitlériennes envahissent la Pologne en septembre 1939, c'est tout son quotidien qui va être bouleversé.
De l'autre côté de l'océan, Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise, renonce à son enfance pour rejoindre la Résistance. Mais la moindre erreur peut être fatale.
Quant à l'ambitieuse Herta Oberheuser, médecin allemand, la proposition que lui fait le gouvernement SS va lui permettre de montrer enfin toutes ses capacités. Mais une fois embauchée, elle va se retrouver sous la domination des hommes...
Les vies de ces trois femmes seront liées à jamais lorsque Kasia est envoyée à Ravensbrück, le tristement célèbre camp de concentration pour femmes. À travers les continents, de New York à Paris, de l'Allemagne à la Pologne, Caroline et Kasia vont tout tenter pour que l'Histoire n'oublie jamais les atrocités commises.
Un premier roman remarquable sur le pouvoir méconnu des femmes à changer l'Histoire à travers la quête de l'amour, de la liberté et des deuxièmes chances.


Dealer : SP Charleston, merci !



Ma lecture :

Je viens de terminer ce roman et j'avais envie de le partager avec vous !
Tout commence en 1939, oui je sais, mon thème de prédilection, où nous rencontrons trois femmes. A New-York, Caroline Ferriday travaille au consulat français et envoie des colis aux orphelins de France. Dans une Pologne envahie par les Nazis, la jeune Kasia entre en Résistance. Et en Allemagne, Herta, jeune médecin se voit confier une mission étonnante...

Martha Hall Kelly nous invite à partager le quotidien, les interrogations, le destin de ces trois femmes dans un monde où le Nazisme s'installe, entraînant avec lui guerres, privations, arrestations et déportations. Caroline, depuis New-York est relativement épargnée, mais celle qui subit la guerre de plein fouet est Kasia. Jeune résistante polonaise, elle est bientôt arrêtée avec sa mère et sa sœur. Direction la charmante ville de Furstenberg, en Allemagne, qui abrite le camp de "rééducation" de Ravensbruck. Là, elle devient ce qu'on appelle un lapin : un lapin de laboratoire des savants fous du Reich. Les médecins ont en effet un large choix pour expérimenter leurs théories. Parmi ces médecins se trouve cette jeune étudiante, Herta, qui, contre attente, se plaît à travailler dans ce centre de "rééducation" pour femmes. Le Reich lui offre là une belle occasion de pratiquer la médecine. Aussi, au sein même du camp de concentration, le terme de "rééducation" n'étant bon que pour la propagande Nazie, le lecteur a deux points de vue : celui de Kasia, internée dans des conditions atroces, et celui de Herta qui voit là une promotion sociale excellente. C'est étrange de découvrir l'évolution de Herta, qui, à son arrivée au camp, était vraiment réticente à rester, mais qui y trouve son compte...tout en perdant, évidemment, une part d'humanité dans ce charnier. Les deux personnages, qui vont donc se croiser lors de ces fameuses expérimentations scientifiques nazies, se mettent en relief tant leur point de de vue, leur expérience de vie dans le camps est évidemment différente. J'ai particulièrement aimé cette approche, ce qui ne fait pas de Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux un énième roman sur la Shoah. Le personnage de Caroline, enfin, étant donc plus épargné car elle vivait la guerre de l'extérieur, attendant des nouvelles de son amoureux, Paul Rodierre, qui sera lui aussi touché de près par la déportation. Même si c'est un point de vue extérieur, celui de l'Américaine est quand même intéressant car le lecteur se rend compte de l'expérience de la guerre à travers le monde, on y voit alors plusieurs degrés d'implications.

Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux ne s'arrête pas en 1945, à la libération des camps et la chute du Reich mais bien des années après, jusqu'aux années 1960. Aussi, j'ai trouvé intéressant de voir le retour des personnages vers leur vie d'avant. Je dis bien "vers", car aucune de ces femmes ne peut reprendre la vie qu'elles menaient avant : elles-mêmes ont changé, leur famille s'est modifiée, leur pays est à reconstruire, ... Et c'est cela, la reconstruction de tout un monde, matériel et psychologique que montrent ces trois femmes, Caroline, Kasia et Herta, femmes à jamais changées par la guerre.

Que de bons points pour ce pavé de 570 pages qu'est Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux, n'est-ce pas ? Pour un premier roman, Martha Hall Kelly signe un ouvrage magistral (je veille utiliser le mot chef d’œuvre à bon escient et avec parcimonie, sinon il n'aurait plus ce sens rare). Ses personnages sont complexes et attachants, son écriture fluide et...attachante, et l'intrigue rebondissante et..attachante !
C'est bien simple, vous ne pourrez que vous attacher à ces branches de lilas et prierez pour qu'il retrouve son parfum de l'aube...




Avis des lecteurs:

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Suivantes Précédentes Accueil